Le Syndrome de l’Ego du danseur de Tango Argentin

02/05/2017

Commentaires : 4

Le Syndrome de l’Ego du danseur de Tango Argentin



D’une manière générale: plus un danseur ou une danseuse de tango devient fort, plus son égo devient grand. Très souvent, la vitesse d’expansion de l’ego est même inversement proportionnelle à la vitesse d’apprentissage du Tango. Pendant que le « moi » grandit, l’effet toxique le plus perceptible est souvent un ralentissement de la progression du danseur de Tango à la faveur de son égo: Il devient alors ego-toxique.

 

Qui est concerné par le Syndrome de l’Ego du danseur de Tango Argentin (S.E.D.) ?

Tous les danseurs de Tango courent en permanence le risque de développer un syndrome de l’égo du danseur, néanmoins le risque semble plus élevé si vous entrez dans l’une des catégories suivantes :

  • Vous dansez le Tango argentin depuis plus d’un an,
  • Vous ne prenez plus de cours de Tango,
  • Vous avez passé plus d’un mois à Buenos Aires,
  • Vous êtes connus des autres Tangueros ou des autres Tangueras,
  • On dit fréquemment de vous « il/elle à l’air bien »,
  • Vous avez un niveau d’ambition et d’exigence élevé,
  • Vous êtes considéré comme un apprenant rapide ou «naturellement talentueux»,
  • Vous vous perfectionnez en étudiant la technique des Maestros et Maestras via YouTube et autres Dailymotion,
  • Vous ne dansez plus avec n’importe qui,
  • Vous êtes considérés physiquement attrayants pour les autres danseurs dans les Milongas.

 

Bien entendu, tomber dans une catégorie n’est pas la garanties non plus d’être atteint par le SED (Syndrome de l’Ego du Danseur), mais préfigure que vous vous trouvez faire partie d’une population de danseur de Tango Argentin présentant un fort risque de développer cette pathologie à terme. Il vous faudra donc rester extrêmement vigilant !

 

Quels sont les symptômes liés au Syndrome de l’Ego du danseur de Tango Argentin ?

  • Vous commencez à enseigner avant d’y être prêt, ou avant d’avoir été formé par un professionnel (lui même non affecté par le SED),
  • Vous enseignez sans développer ou remettre en question votre propre pratique,
  • Vous ne prenez plus de cours de Tango qu’auprès des grands Maestros et Maestras au sein de classes réservées aux professionnels et semi-professionnels,
  • Vous privilégiez l’esthétique et les figures à la technique pure,
  • Vous n’entendez plus les critiques des autres, même constructives, en revanche vous avez développé un talent certain pour critiquer les autres danseurs de Tango,
  • Vous blâmez les autres pour une « mauvaise danse » et/ou êtes incapables de vous amuser avec un danseur de Tango de niveau inférieur,
  • Vous vous sentez le plus souvent supérieurs lors des Masterclass,
  • Vous acceptez une Tanda que lorsque celle-ci vous est profitable ou si elle vous valorise.

 

Comment peut-on prévenir ou guérir le Syndrome de l’Ego du Danseur de Tango Argentin ?

 

Tout d’abord en profitant de toutes les occasions qui se présentent à vous pour développer votre Tango.

Il ne faut jamais croire que vous êtes «trop avancé(e)» pour une classe, même de base, ou que vous êtes tellement sur-qualifié(e) que vous n’obtiendrez rien en assistant à un cours de musicalité ou un atelier portant sur la technique. C’est un dès nombreux facteurs de stagnation dans le Tango Argentin, comme dans toutes formes d’apprentissages de façon générale. Par ailleurs, voici encore quelques autres conseils qui pourraient vous aider à soigner votre SED :

  • N’hésitez pas à remettre régulièrement en questions vos acquis,
  • Pratiquez le benchmarking (ou parangonnage en bon vieux français),
  • Fréquentez les Practicas, ces lieux sont l’endroit idéal pour travailler et échanger.

 

Concentrez-vous sur votre propre apprentissage du Tango, plutôt que sur le niveau d’autres danseurs.

Nous avons tous déjà rencontré des danseurs beaucoup plus préoccupés par les autres personnes en classe que par eux-mêmes. Lorsque vous faites cette critique des autres, vous ralentissez votre progression. Si votre partenaire n’est pas optimal ou dans une grande forme, travaillez sur la façon dont vous pouvez compenser le mouvement. S’il ou elle est trop rapide, travaillez d’avantage le suivi que le guidage même si votre partenaire est « dans la musique ». De cette façon, vous progresserez rapidement, et votre ego reconnaîtra que, en se concentrant sur son propre apprentissage, on peut percevoir les manquements dans notre propre danse, contrôler toutes les crises de supériorité en plein essor et éviter la décompensation en pleine Milonga.

En évaluant honnêtement et en privilégiant les conseils provenant des professionnels Tango Argentin.

Les danseurs de Tangos Argentin sont souvent extraordinaires, mais à moins qu’ils ne soient qualifiés pour enseigner et, par le fait, qu’ils puissent être à même de ressentir la façon dont vous dansez, ils ne sont probablement pas les mieux qualifiés pour donner leur avis. Même si chaque danseur de Tango vous dit que votre danse est excellente (ou géniale), il y a probablement encore des milliers de défauts à corriger. Privilégiez le regard critique des Pros, qui seuls sont en mesure de vous donner un retour sur vos progrès, vos faiblesses, vos qualités. Il est très tentant d’écouter tous les « vous êtes étonnants » et d’ignorer les « ce n’est pas encore ça », cela flattera généreusement votre égo mais ne vous aidera pas à progresser .

En reconnaissant les domaines sur lesquels vous devez vous concentrer le plus pour améliorer votre Tango (comme l’abrazo).

Ce n’est pas chose aisée que de recevoir les critiques et d’avaler des pans entiers de connaissances sur les domaines du Tango sur lesquels vous devez travailler, mais c’est un moyen infaillible de maintenir votre ego en échec. Si quelqu’un vous fait un commentaire (en particulier lorsqu’il s’agit d’un professionnel du Tango Argentin), sauf cas rares, vous devriez envisager qu’il puisse y avoir quelque chose de juste à en tirer. Être capable de prendre ces remarques est essentiel pour contenir l’ego et aller de l’avant en tant que danseur de Tango.

En se rappelant que vous n’êtes pas meilleur ou pire danseur de Tango que les autres, vous êtes différents.

Il est facile et probablement parfois tentant de considérer un Tanguero ou une Tanguera moins expérimenté comme inférieur, mais essayer de voir au-delà de votre égo et de reconnaître que chaque personne de la salle avec vous possède des compétences différentes. Imaginez par ailleurs que ces derniers soient médecins, avocats, violonistes, comptables ou encore des génies de la réparation automobile ; Trouveriez vous  agréable ou  sympathique que dans leur propre zone de confort ceux-ci vous considèrent comme un idiot ou un être inférieur ?

Laissez votre ego reconnaître que, bien que vous soyez dans votre propre zone de confort ou bien que vous ayez des facilités, ils ont d’autres compétences dont vous pouvez vous inspirer pour apprendre plus sur votre propre pratique. Personnellement, je suis particulièrement sensible au courage et la volonté dont font preuve bon nombre de danseurs et de danseuses. Je suis même admiratif de cette forme de combativité qui pousse chacun à se dépasser pour apprendre ; Cela peut être incroyablement difficile et demande de dépasser bien des barrières quelques fois. Le Tango Argentin à l’instar d’autres danses de couples probablement, de part l’engagement intime que celui-ci implique relève parfois d’un véritable défi. Les enjeux et les ambitions sont extrêmement variables d’un individu à un autre : certains pratiquent le Tango pour s’amuser, d’autres pour se détendre et passer un bon moment, d’autres tout simplement pour sortir de l’isolement…et admirez qu’ils contribuent le temps d’une Milonga à partager cet amour du Tango avec vous !

Conclusion sur le syndrome de l’égo du danseur de Tango Argentin :

La seule valeur du danseur de Tango Argentin ne se mesure pas dans sa compétence technique mais également dans son humanité. Amusez-vous, partagez et surtout, restez humbles !

A présent c’est à vous de nous aider à enrichir cet articles de vos expériences : A vos commentaires !

 

Adapté de l’anglais au Tango Argentin de l’article de Laura Riva (Dancer Ego Syndrome, and How To Keep Yourself Protected)

Summary
Le Syndrome de l'Ego du danseur de Tango Argentin
Article Name
Le Syndrome de l'Ego du danseur de Tango Argentin
Description
Le syndrome de l'égo du danseur de Tango argentin se caractérise par l'augmentation de la part de son égo inversement proportionnelle à sa progression tanguistique intrinsèque : Tâchons d'essayer de décrypter cela…
Author
EvenTango

Articles en rapport

Comments (4)
  1. 25/05/2017 à 20:08

    Drôle comme article…ça ne vise toutefois qu’une infime minorité, j’imagine. Encore que…

    • Abrazo

      15/06/2017 à 13:36

      Dans le Tango comme ailleurs, tout est affaire de curseur ! L’égo est souvent la première chose que l’on met en jeux avant même d’arriver en Milonga. De là à en faire un mauvais usage, il n’y a plus qu’un pas. Tu ne crois pas ?

  2. Fildus

    24/10/2017 à 12:57

    Un autre indice : Les personnes atteintes ont tendance à considérer que leur tango est Le Tango.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas partagée ni publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles populaires …

A voir également…

Forum Tango Addict Forum Tango Addict
Top