La tango thérapie kesako ?

25/01/2013

Commentaires : 2

La tango thérapie kesako ?


Tango Thérapie

Depuis quelques années, on entend parler d’art thérapie, danse thérapie ou encore de tango thérapie, termes dont l’étymologie permet aisément de comprendre qu’il s’agit de prendre soin, soigner ou traiter par l’art, la danse ou le tango, mais qu’en est-il exactement ? Que soigne-t-on ? En quoi le Tango Argentin peut il être considéré comme un remède et à qui s’adresse ces thérapies ?

 

 Brève histoire thérapeutique

 

Tango therapie Hopital Broca Buenos AiresConcrètement ces formes thérapeutiques apparaissent au XXe siècle, par le biais de la danse contemporaine, moins académique et plus libérée que la danse classique par exemple. C’est aussi un peu l’histoire des sociétés modernes post-industrielles, empreintes d’humanisme, revendiquant un nouveau rapport au corps avec des figures comme Isadora Duncan (1877-1927) ou, plus récemment avec Pina Bausch (1940-2009). Ces méthodes sont progressivement reprises par certains danseurs aux Etats-Unis et en Europe comme outil thérapeutique auprès de personnes handicapées et de malades mentaux, en vertu du principe de Rudolph Laban (1879-1958) selon lequel :  « L’expression de la personnalité et les composantes dynamiques du mouvement s’expriment l’un à travers l’autre et réciproquement». C’est en 1950 que l’on verra apparaître pour la 1ère fois la danse thérapie au sein d’un hôpital.

 

La Tango thérapie c’est quoi ?

 

C’est évidemment en Argentine que s’est d’abord développée la Tango thérapie, comme l’explique Silvina Perl, psychologue à l’hôpital Borda de Buenos Aires : «C’est le fait de serrer l’autre dans ses bras qui rend le Tango argentin si spécial. Bien entendu, il ne guérit pas à lui tout seul… Mais pendant une heure de cours, les patients n’ont plus d’hallucinations». Pour danser le Tango il faut être deux, aussi le Tango contraint chaque personne à établir un contact avec l’autre. Tant pour l’homme que pour la femme, le Tango argentin, au travers de l’Abrazo (l’enlacement) au-delà de la conscience corporelle, favorise l’approche ainsi que les liens émotionnels et relationnels. Federico Trossero (Psychiatre, psychanalyste et danseur de Tango argentin) dans son livre Tangoterapia : fundamentos, metodologia, teoria y pratica dit du Tango : «[…]cette danse permet d’accéder à la structure même de la personnalité» en précisant également que «le Tango est une conversation profonde avec soi-même et avec l’autre. Il relie l’individu au couple, au groupe, à la musique et aux émotions, ce qui favorise une intégration cognitive, psycho-physique et sociale. La personnalité toute entière interagit alors avec sa propre histoire. Chacun se dévoile dans la sécurité de l’abrazo et dans son caractère éphémère».

Preparation à la scéance de Tango thérapie

La Tango thérapie aujourd’hui

 

Autrefois, réservée aux seuls malades mentaux, la Tango thérapie s’est peu a peu développée auprès des personnes âgées, mais est désormais aussi proposée à toutes personnes désireuses d’explorer ou d’avancer dans des problématiques, liées notamment au corps, au lien, à la confiance, à l’expression de ses émotions au travers de son propre corps.

En revanche, l’ensemble des disciplines comme la Tango thérapie sont des moyens, des outils, ils ne constituent pas un remède à eux seuls et il est conseillé de les expérimenter, en complément d’un accompagnement par des professionnels tels que psychologues, psychanalystes ou psychiatres.

Après tout, les Milongas ne seraient elles pas les plus grandes rencontres «tango-thérapeutiques» permanentes du monde ? On peut aussi s’interroger sur  les raisons qui poussent chaque tanguera et tanguero, inlassablement et irrésistiblement, à aller user ses chaussures des heures durant sur les parquets des Milongas ? Alors, quelles sont les vôtres ?



Sources :
Syndicat Français de danse thérapie (SFDT)
Laurie Hawkes (Psychopraticienne relationnelle)
Hopital.fr

Articles en rapport

Comments (2)
  1. Marion

    20/02/2013 à 16:46

    J’ai découvert le Tango il y a un peu plus d’un an par hasard, aujourd’hui je ne pourrais plus me passer de cette activité physique qui est une réelle source de bien-être.

    • Abrazo

      20/02/2013 à 17:48

      Je ne peux qu’opiner du chef, c’est d’ailleurs pour cette raison que l’on parle souvent de Tango addiction…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas partagée ni publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles populaires …

A voir également…

Forum Tango Addict Forum Tango Addict
Top